Surcharges sensorielles et crises de panique

Les surchages sensorielles, l’hypersensibilité, j’en ai parlé, en fait : ici et ici. Je n’ai pas vraiment détaillé les crises de nerfs que je peux avoir quand tout devient vraiment « trop », et à vrai dire c’est normal, parce qu’une fois que la tornade est passée il est difficile de savoir comment je me sentais à tel ou tel moment ! J’ai réussi à trouver les mots récemment ceci dit, et j’ai compris que j’ai deux types de réactions : 

  • Je suis « éteinte », « ailleurs », « dans la lune » ; arrive le plus souvent dans certains centres commercial (bizarrement certains sont pires que d’autres), dans des soirées/fêtes, endroits bondés (gares)

Je me sens nauséeuse, j’ai l’impression que je vais m’évanouir et j’ai envie de pleurer. Trop. Trop de tout. Le monde extérieur m’avale et j’ai l’impression de disparaître sous tous ce bruit, ces gens, ces mouvements. Je me sens absente. Si je suis dans une foule, j’ai tendance à me protéger des gens avec mes bras devant mon visage et tout le monde me fait peur. En général c’est là que je m’arrête de parler parce que ça devient trop difficile, et si j’essaie je parle en monosyllabes, ma voix est basse et douce et un peu monotone ou trop aiguë au contraire. En plus, comme je me suis évanouie quelques fois dans des endroits publiques, si je suis forcée de rester debout, j’ai encore plus peur et je cherche à m’asseoir pour me calmer. J’ai envie de fuir ou de me cacher dans un coin. 

En général, si ça ne s’arrête pas je finis par fondre en larmes. (ça m’est arrivé de m’évanouir aussi, mais comme c’était il y a longtemps je sais pas trop si c’était lié). C’est un effondrement. 

Image

Triste et silencieuse telle Jon Snow qui fait la tronche sur sa banquise. 

 

  • Colère. Malheureusement, le plus souvent en famille, quand il y a du monde à la maison, beaucoup de gens qui parlent fort

Je suis nerveuse, épuisée, tout le monde parle trop fort et tout le monde m’énerve. On me parle et je n’ai pas envie de répondre, et quand je le fais je ne peux pas m’empêcher d’être sarcastique voire méchante, je ne veux pas qu’on me parle, ça m’énerve encore plus et je me sens attaquée. Pourquoi ils parlent tous si fort ? Personne ne me laisse tranquille et j’ai envie d’hurler et pleurer, mes yeux me piquent (je sais pas pourquoi mais à chaque fois), j’ai mal à la tête, je veux qu’ils se taisent, qu’ils me laissent tranquille, qu’ils s’en aillent tous. Occasionnellement je suis aussi stressée par quelque chose, un partiel le lendemain par exemple. 

En général si je ne peux pas aller me cacher quelque part ça finit de manière bien embarrassante puisque je fonds en larmes voire hurle sur quelqu’un (déclencheurs : me faire disputer, entendre des choses blessantes, juste ne pas pouvoir partir, ou un imprévu. Une fois j’ai crisé sur mon neveu et ma nièce parce qu’ils avaient renversé du coca à côté de mon pc, et après j’ai pleuré pendant une heure dans la salle de bain.), ou dit des choses blessantes que je ne pense pas et qu’on me reproche plus tard, et que je regrette. 

Contrairement à ce que j’appelle l’effondrement, là c’est plus comme une crise de nerfs ou une explosion.

Image

Ces moments où les invités me prennent pour Joffrey Baratheon.

 

Dans les deux cas, pour me calmer je dois aller dans une pièce au calme, de préférence sombre, et SURTOUT silencieuse. Si je ne peux pas, mon casque avec un peu de musique peut suffir à me calmer, ou tout simplement partir de l’endroit ou prendre l’air dehors (surtout pour les effondrements qui arrivent toujours en dehors de la maison). Si j’ai des pauses régulièrement ça peut aller très bien (je gère très bien les soirées entre amis parce que je sort sur le balcon une dizaine de minutes à peu près toutes les heures, même quand je me sens bien, pour prévenir et éviter de me sentir ne serait-ce qu’un peu stressée ! ). En général il vaut mieux me laisser seule.

 

Un jeu pour la fin : en vous basant sur les illustrations pouvez-vous trouver ma dernière obsession ?

(oui je sais, c’est facile)

 

Publicités

« C’est trop fort ! » « Ça me gratte ! » Les dyspraxiques, ces hypersensibles

Bonsoir !

Avant d’attaquer le sujet, un grand merci pour vos commentaires. Ça me fait plaisir de voir que j’aide du monde !

 

Il y a une partie de la dyspraxie que tout le monde n’a pas mais qui reste assez fréquente, mais on en parle jamais et c’est l’aspect sensoriel. On le sait, les dys sont hypersensibles émotionnellement mais ils peuvent aussi l’être sensoriellement (ce mot n’existe pas d’après le correcteur orthographique, je proteste). Il y a des cas contraires, aussi, être hyposensible. C’est souvent un mélange des deux, par exemple je suis hypersensible aux sons mais hyposensible au niveau du toucher. Ce sont des problèmes qu’on retrouve dans l’autisme, en fait.

Chez moi, ça se manifeste surtout par une hypersensibilité aux sons. De manière générale je n’aime pas l’agitation, avoir beaucoup de gens autour de moi, des foules, ça me stresse beaucoup, alors quand en plus il y a beaucoup de bruit, ça me fait trop de choses et je deviens très très nerveuse. Je ne supporte pas quand il y a pleins de gens qui parlent fort, ça me fatigue beaucoup. Et si ça dure trop longtemps, au bout d’un moment je deviens sèche et énervée jusqu’à ce que je parte en crise de nerfs.

Une pause de cinq-dix minutes dans un endroit silencieux de temps à autre suffit à éviter ça en général. Je passe souvent pour une asociale et une « trop émotive » dans la famille parce que je ne supporte pas les repas de famille trop longs, tout le monde crie et parle trop fort. Quand j’étais petite, ça s’est jamais vu parce que je partais de table assez vite, mais maintenant que je suis parmi les « grands », je suis censée rester à table, et je finis épuisée, si je craque pas avant. Mais comme c’est arrivé deux ou trois fois maintenant, on me laisse me sauver assez souvent pour pas que je devienne désagréable !

Je me souviens d’une partie de Laser Game super fun avec des amis ; jusqu’à ce qu’on fasse une partie en « black out ». Pas de lumières. Bon déjà, autant dire que je me suis pris la plupart des murs en pleine tête (je vous raconte pas les bleus le lendemain, une vraie blessée de guerre), mais le problème c’est surtout que tout d’un coup ils avaient monté le volume de la musique bien plus fort qu’avant, et j’ai fini par hyperventiler dans un coin au lieu de jouer parce que ça me mettait dans un état de stress et de nervosité invivable. Je sais pas comment décrire ça, on a juste envie d’hurler, ou d’aller se cacher, ou de pleurer (ça m’est déjà arrivé de fondre en larmes comme ça), ou peut-être tout ça à la fois.

Au niveau du toucher, j’ai toujours besoin de porter un débardeur ou quelque chose d’assez moulant sous mes chemises, sinon je sens les coutures et le tissus fait trop rèche sur ma peau. Jamais de chemise à même le corps, iiirk ! J’aime bien les tissus assez doux. Par contre, je suis un peu hyposensible au niveau des mains, alors j’aime bien tout toucher, je peux me passionner pour une texture et passer mon temps à la toucher, à jouer avec, ça a un côté très calmant et relaxant. J’aime bien tout ce qui est doux mais aussi les choses un peu texturées, comme certains jouets pour bébés.
Quand j’étais petite, je ne portais que les pulls tricotés par ma grand-père avec de la laine super douce. Les autres, ils piquaient. :p

Oh, et j’aime pas trop qu’on me touche sans me prévenir. Je suis super réactive.

Ça touche le goût aussi, et ça je crois que c’est le plus voyant chez moi, parce que, bon, en gros : « JE N’AIME RIEN ». J’ai une grosse aversion pour à peu près tous les légumes de la terre, je préfère les pâtes et les pommes de terre. Et certaines viandes, mais les steak hachés c’est mieux. Tout ce qui est cuit et mou me rend folle. J’ai horreur de la sauce dans les crudités, et je ne supporte pas la pulpe dans le jus de fruits. Pleins de petites choses comme ça. Petite, je pleurais la veille si je savais que je mangeais à la cantine, et je détestais goûter de nouvelles choses. La viande il faut qu’elle soit très, très tendre, sinon je n’arrive même pas à la mâcher  et pas un seul morceau de gras parce que c’est gluant et c’est horrible. Les oignons aussi c’est gluant d’ailleurs. Et les tomates ont une texture bizarre aussi. Bref, je suis difficile. J’ai l’alimentation d’un enfant de 5 ou 6 ans.

Ah, et j’aime bien mâchouiller des trucs. Les sucettes et les chewing gum c’est magique, et sinon j’ai tout le temps les doigts dans la bouche…

Je sens pas grande différence au niveau de l’odorat pour moi, mais certaines personnes atteinte de problèmes sensoriels auraient un super nez. 

Pour ce qui est de la vue, c’est vrai que j’ai les yeux assez sensibles. Je déteste les néons, ils rendent mes feuilles blanches trop brillantes et me donnent des migraines à la fin de la journée. Par contre du coup, je suis fan de tout ce qui est veilleuses, bougies et lumières tamisées. C’est très relaxant..

 

Si vous voulez plus d’informations sur les problèmes sensoriels, je conseille plutôt d’aller voir du côté des sites qui portent sur l’autisme, ils ont bien plus d’informations. Celui ci est assez bon, il est clair et concis : http://www.participate-autisme.be/go/fr/mieux_vivre_avec_autisme/les_problemes_sensoriels/hypersensible_ou_hyposensible.cfm

En plus il y a des choses que je n’ai pas mentionnées, et maintenant je me demande si le fait que j’adore être en hauteur ne vient pas de là aussi… J’ai fait de l’escalade étant plus jeune, et je n’ai presque jamais eu le vertige ! Au contraire, le plus haut je suis, le mieux c’est.

 

  • Se calmer ??

Vous vous demandez sûrement comment se réguler quand quelque chose nous gêne ? Comment je fais quand il y a trop de bruit et que je peux pas me sauver ?

Le mieux c’est quand même de partir, mais j’ai deux trois petits trucs. Généralement, toucher quelque chose, une texture qui me calme, ça aide un peu à oublier le brouhaha dans mes oreilles. Pour ça, j’ai une collection de petit jouets antistress.

Le but, c’est de me concentrer sur le toucher pour pouvoir oublier un peu mon ouïe (c’est un peu compliqué à expliquer, mais c’est le même principe que les stéréotypies des autistes. En général, ils font des mouvements répétitifs pour les mêmes raisons, ça les aide à réguler leur environnement extérieur. C’est pour ça qu’en plus, j’ai aussi beaucoup de tics.) J’ai une balle antistress à serrer, des petits casse-têtes, des tissus que j’aime bien toucher… Et une paire de boule quiès toujours dans mon sac au cas où. Mais quand je sors en ville en général, je ne quitte pas mon casque à musique.

tangles

 

Les tangles sur l’image, ce sont mes préférés. C’est tout petit, on peut les tordre dans tous les sens, et les emmener partout. J’en garde souvent un dans ma poche. Je les achète sur cette boutique ebay : http://stores.ebay.fr/tinknstink

Je crois d’ailleurs qu’ils ont beaucoup de succès parmi les autistes 🙂

tumblr_m85dffLhNF1qbb7p6o1_500

 

Une magnifique photo où je joue avec mon tangle Relax (c’est le gros modèle, tout texturé, ceux de la photo d’avant sont les plus petits (les tangle Jr)), au top de mon élégance.

D’ailleurs c’est sympa, ils ont pas mal de petits jouets du genre et des petites choses pour l’aide à l’écriture. Tout ce que les anglophones appellent « sensory toys » peuvent aider, on trouve aussi beaucoup de choses qui font de la lumière douce.

Moi j’ai ça

veilleuse-spoka-bleu1_gp_vignette_produit_listing

 

C’est tout mignon et ça fait une belle lumière bleue dans la chambre, c’est relaxant le soir :).

Bon, honnêtement, je l’ai depuis la 4ème mais j’ai retrouvé le chargeur… hier 😀

On se refait pas !