L’enfant différent : l’accepter, le respecter

Petite section : J’ai deux ans et demi. Je ne sais pas m’habiller toute seule. La maîtresse m’assoit une heure et demi dans le couloir parce que j’ai « refusé » de mettre mon manteau seule. Cette histoire, on me l’a juste rapportée, je ne m’en souvient pas, mais après ça, je suis devenue muette (mutisme sélectif, à la maison j’étais une pipelette ;)). J’étais encore un bambin, je n’avais rien fait de mal, et c’est pas difficile de savoir que ce « refus » était plutôt une incapacité. Pendant toute ma petite section, je ne parle pas, le plus souvent je ne comprends pas ce qu’on me demande (bon, ça c’est un souvenir alors je suis pas sûre) ou ce que je fais là, je joue toute seule et ça ne me dérange pas plus que ça. 

Moyenne section (puis grande section) : Nouvelle prof. Rapidement, elle s’étonne. On lui avait dit que je ne parlais pas, mais elle a plutôt du mal à me faire taire ! Et forcément. Dans un environnement ou on me valorise et m’accepte plutôt que de me punir , où l’on me laisse parler d’Afrique et d’espace et de mes « obsessions » avec la maîtresse même si ce serait mieux que je socialise avec les enfants, je suis mieux et plus épanouie. C’est aussi simple que ça. 

CP/CE1 : Je passe beaucoup de mes récréations à lire. La maîtresse vient me chercher quand je suis toute seule dans un coin de la cour avec mon journal de Mickey et me demande d’aller jouer avec les autres enfants. Je ne comprends pas ce que je fais de mal. J’erre dans la cour à la recherche d’un groupe avec qui « jouer » même si je préférerais vraiment finir mon chapitre sur Donald. Jouer au loup, c’est pas drôle parce que je ne cours pas assez vite. La marelle, les autres changent les règles pour tricher et ça m’énerve, et je n’ose pas leur dire. Les autres jeux, on me donne toujours les mauvais rôles. 

N’empêche qu’au bout d’un moment, je me fais une amie de moi-même, et on reste que toute les deux, tout le temps. En CE2, c’est elle qui me fait jouer avec d’autres enfants, mais pas tout le temps, des fois, on aime bien être juste ensemble. C’est une amitié qui m’apportera beaucoup et durera jusqu’à la 6ème. 

CE2,CM1,CM2 : On me valorise. Savoir lire n’est plus un problème, et on me laisse socialiser comme je l’entends, ce qui est beaucoup moins stressant… J’aime plus l’école et j’aime les récréations. Je suis par contre toujours la dernière à sortir de classe quand on va faire du sport dehors (beuuuh)

6ème : La prof de maths m’envoie au tableau. J’ai fait l’exercice, j’ai même eu juste, mais en la voyant attendre, en voyant toute la classe me regarder, je fonds en larmes et finit à l’infirmerie parce qu’en plus, je saignait du nez (sympa pour la fille qui ne veut pas se faire remarquer…)
Plus tard, cette prof dira à ma mère que j’étais « pire qu’une fontaine ». (sympa, pour une petite de 11 ans avec un bon début d’anxiété sociale, charmant). Elle dit aussi à toute la classe qu’il faudrait que j’arrête de « faire des grimaces » et quand je lui dit que je n’en fait pas (j’ai toujours aucune idée de ce qu’elle voulait dire), remarque sarcastique « ah bah c’est grave alors ». Merci de planter le décor pour le harcèlement scolaire madame. *soupir*

A côté, je réussis en anglais, parce que le prof encourage à participer et il est « positif » (même si j’avoue que dès le début, j’ai des facilités dans cette matière, comme en français).

Vous m’avez comprise.

La morale de l’histoire ? 

Quand un enfant est un peu différent, les adultes ont environ trois approches. Les deux premières sont malheureusement prédominantes. 

  • Essayer de le changer. Comme quand on m’empêchait de lire dans la cour et me forçait à aller jouer avec les autres (et visiblement c’était pas très efficace). Comme quand on croit qu’un enfant qui a l’air normal sera plus heureux. Et bien non, moi j’étais plus heureuse quand je pouvais citer toutes les planètes avec la maîtresse en maternelle, et quand je pouvais lire toute seule dans la cour. Evidemment il y a des enfants qui souffrent de la solitude. Mais… pourquoi ne pas leur demander ? Pourquoi on m’a pas demandé mon avis ? Et puis au final, je me suis bien débrouillée toute seule après, ça m’a juste pris un peu de temps.  Croyez moi, un enfant autiste qu’on empêchera de « hand-flapping »(agiter les mains) par exemple, il ne sera pas heureux, si on le prive d’une manière de réguler son environnement et de réduire son stress. Même s’il aura l’air « plus normal ».  Il faudrait jeter ce « moule » dans lequel on essaie de caser tous les enfants, et accepter qu’ils sont tous différents, certains un peu plus que d’autres. 
  • Punir et humilier. On ne se pose pas de questions. Si elle ne veut pas mettre son manteau, c’est qu’elle refuse juste d’obéir, pas qu’elle ne comprends pas comment l’enfiler toute seule. Si elle parle en classe sans lever la main et réponds à toutes mes questions en empêchant les autres enfants de parler, c’est qu’elle refuse les règles, pas qu’elle n’a juste pas intégré ces règles qu’il faudrait lui réexpliquer (j’étais en première section… j’ai encore fini dans le couloir). Elle fond en larmes au tableau ? On fait des remarques sarcastiques et on essaie pas de savoir pourquoi. Punir avant d’essayer de comprendre, pour que l’enfant rentre, encore « dans le moule ».  Si l’enfant fait quelque chose de « bizarre » au collège, le dire devant toute la classe. Après tout, c’est de sa faute s’il ne s’intègre pas (et on dit que les profs ne participent pas au harcèlement ?). 
  • Accepter et valoriser. Elle sait lire avant les autres ? Génial ! Elle est sensible ? C’est une qualité aussi. Accepter l’enfant comme il est, valoriser tous ces points forts et « atténuer » les erreurs. Ma prof de CE2 me disait que j’étais littéraire, et ça me rendait très fière et moins triste d’avoir du mal en maths. Au moindre problème, on essaie de comprendre. On valorise la différence qui est une richesse, l’individualité, l’originalité. On montre aux autres enfants que la différence, c’est chouette, c’est enrichissant. Enfin quoi, les enfants prennent exemple sur leurs professeurs… Trop peu d’enfants rentrent dans « le moule » de toute façon non ? Pour beaucoup c’est des efforts incessants. Et quand un enfant à une manière d’apprendre différente, on s’adapte. On fait assez d’efforts pour s’adapter à tout le monde, à leur manière d’apprendre, ce serait bien que les autres s’adaptent à nous eux aussi.

Voilà, je pense pas révolutionner l’éducation mais… Juste mon avis. Ce serait bien d’apprendre à ne pas juger au premier coup d’oeil.

Image

 

« Merci de me supporter pendant que je parle de choses dont tu te fiches » (à ma maîtresse de moyenne section 😉 et la plupart de mes proches en fait)

Où l’on parle de neurodiversité et d’obsessions (non, de passions !)

Vous êtes très nombreux à visiter et commenter, en moins d’un mois d’existence le blog approche les 2000 visites…  Honnêtement je suis très très surprise, je ne m’attendais pas à plus de 200 (dis-je alors que j’ai atteint les 300 le premier jour.).

J’ai donc pensé qu’avoir une petite place sur facebook pour discuter serait bien, il me semble qu’en général c’est assez apprécié. Voilà, Les meubles m’en veulent a maintenant sa page facebook !  Venez nombreux 🙂

___

La neurodiversité, c’est d’abord un terme que j’utilise pour inclure tous les troubles de type « neuroatypiques » : Les personne dont le cerveau n’a pas le même fonctionnement neurologique que les autres. Par opposition, les gens « normaux », ce sont les neurotypiques.

C’est aussi un mouvement social, mais ça je pense que j’en parlerai plus tard afin de ne pas dire de bêtises.

Non, le vrai point de départ de l’article, là, c’est cette image trouvée dans les communautés anglophones :

411891_393684074056850_171724097_o

(cliquer pour avoir en grand)

Et traduite par mes soins (au début j’ai essayé de refaire le schéma à la main, ça m’a un peu rappelée les vieux schémas de SVT qui étaient toujours soit énormes, soit minuscules et j’ai laissé tomber. En plus mes ellipses/cercles faisaient plus « patate » qu’autre chose.)

La neurodiversité

« Ce document sert surtout pour discussion, il parle principalement des difficultés des personnes « neurodiverses » (je dirais plus neuroatypique moi). Beaucoup de ces personnes peuvent être cependant excellentes en maths, en lecture ou avoir une très bonne coordination, etc. Nous sommes les gens des extrêmes. » (j’ai presque voulu traduire par « les gens de l’extrême » parce que ça faisait classe)

Je suis fan de ce schéma parce que ça explique bien pourquoi des personnes qui n’ont pas le même diagnostic peuvent avoir des difficultés communes, et ça explique bien aussi pourquoi les diagnostics sont difficiles. D’autant plus que très souvent, les troubles ne sont pas « cloisonnés ». On peut en avoir plusieurs d’entre eux, et parfois, je pense, avoir un ou deux symptômes d’hyperactivité qui s’incrustent dans la dyspraxie par exemple ! Bon, c’est cependant assez succin au niveau des descriptions des troubles (l’autisme surtout) mais c’est quand même intéressant ! L’important est de voir les liens entre les différentes difficultés.

C’est pour ça que quand j’ai besoin de conseils, parfois je vais voir des ressources prévues à l’origine pour des problèmes d’hyperactivité (on a des problèmes d’organisation en commun), ou que j’ai une facilité à comprendre certaines facettes de l’autisme comme celle dont j’ai parlé dans l’article précédent.

Il y a juste quelque chose qui m’a gênée dans ce schéma, c’est que la dysphasie n’y était pas. Je vois très peu ce nom mentionné dans les communautés anglophones, et c’est possible qu’on appelle juste ça « speech disorders » (troubles du langage) chez eux. Mais elle aurait totalement sa place ici, probablement autour des autres dys !

Et pour le fun !

moi

C’est moi ! 😀

C’est rigolo, je suis tout sur la gauche.

En sachant que pour l’autisme, c’est vraiment à prendre avec des pincettes. Les difficultés que j’ai pu avoir au niveau social était surtout présente quand j’étais plus petite (même si j’ai toujours peur des inconnus) et moindre comparées à une personne autiste. Bon, sauf quand j’avais 13 ans, là je faisais très Aspergers pour le coup, mais c’est plus à cause du harcèlement scolaire. (ou alors j’ai été harcelée parce que j’avait des difficultés sociales déjà à la base ?? … L’oeuf et la poule !)

Bon ceci dit, la personnalité obsessionnelle, OUI ! Et ça, c’est pas passé en grandissant. Quand je m’intéresse à un sujet, il faut que je sache tout, et je commence à en parler tout le temps parce que je n’arrive pas à m’arrêter (j’essaie vraiment mais c’est comme si ma tête tournait en boucle !!) et ça énerve tout le monde…

Maintenant, ça peut être sur une série (Game of Thrones en ce moment), ou des livres (The Hunger Games), ou un sujet (… l’autisme. Le féminisme. Le théâtre. Shakespeare.). Ça arrive par phases, je sors d’une phase Shakespeare, là.

Mais quand j’étais petite, j’ai eu : l’espace (je connaissais toutes les planètes par coeur, la circonférence du soleil, et j’embêtais mes grandes soeurs à tout leur réciter. D’autant plus qu’à cet âge (5 ans) je pensais que ça intéressait tout le monde autant que moi), les races de chiens toutes connues par coeur, les aquariums et les poissons, les cabanes (???), Harry Potter (celle-ci n’a jamais vraiment stoppé :p) …………
Et je crois que ça fait seulement depuis que j’ai 16 ou 17 ans que je réalise quand j’ennuie les gens, et que j’arrive à me contrôler. Parce que parfois aussi, je savais que ça embêtait tout le monde mais j’arrivais pas à me taire..

madame-bavarde

Je sais pas pourquoi je pars tout le temps en obsession comme ça, mais au moins, on peut dire que je suis passionnée ? Quand j’étais petite, je croyais que pour être normale, il fallait que j’aie une passion, et donc j’appelais ces obsessions comme ça. (c’est quand même un peu triste qu’à cet âge là je réfléchissais déjà à ce que je devais faire pour être comme les autres. Je crois que j’avais eu cette idée dans les magazines que je lisais où des enfants présentaient toujours leur « passion », dans le journal de Mickey sûrement.) J’y travaillais en plus, « tiens aujourd’hui je vais me trouver une nouvelle passion ! ».

Je trouve juste le monde triste, si on est pas à fond dans les choses.

Quelque chose me dit que ce que je viens d’écrire est ce que j’appelle un « info dump » d’ailleurs, quand je parle trop sans m’arrêter à propos d’un sujet et que je balance une énorme pile d’information à la face des pauvres gens. Ce blog est un info dump géant. Oops.

J’aime bien apprendre pleins de choses sur la dyspraxie, mais aussi sur tous les autres troubles ! Et si j’étais pas aussi mauvaise en sciences, je serais devenue neuropsychologue. Ou orthophoniste…. Ha ha ha. Un jour je vous raconterai l’année où j’ai essayé de passer les concours d’orthophonie.