Surcharges sensorielles et crises de panique

Les surchages sensorielles, l’hypersensibilité, j’en ai parlé, en fait : ici et ici. Je n’ai pas vraiment détaillé les crises de nerfs que je peux avoir quand tout devient vraiment « trop », et à vrai dire c’est normal, parce qu’une fois que la tornade est passée il est difficile de savoir comment je me sentais à tel ou tel moment ! J’ai réussi à trouver les mots récemment ceci dit, et j’ai compris que j’ai deux types de réactions : 

  • Je suis « éteinte », « ailleurs », « dans la lune » ; arrive le plus souvent dans certains centres commercial (bizarrement certains sont pires que d’autres), dans des soirées/fêtes, endroits bondés (gares)

Je me sens nauséeuse, j’ai l’impression que je vais m’évanouir et j’ai envie de pleurer. Trop. Trop de tout. Le monde extérieur m’avale et j’ai l’impression de disparaître sous tous ce bruit, ces gens, ces mouvements. Je me sens absente. Si je suis dans une foule, j’ai tendance à me protéger des gens avec mes bras devant mon visage et tout le monde me fait peur. En général c’est là que je m’arrête de parler parce que ça devient trop difficile, et si j’essaie je parle en monosyllabes, ma voix est basse et douce et un peu monotone ou trop aiguë au contraire. En plus, comme je me suis évanouie quelques fois dans des endroits publiques, si je suis forcée de rester debout, j’ai encore plus peur et je cherche à m’asseoir pour me calmer. J’ai envie de fuir ou de me cacher dans un coin. 

En général, si ça ne s’arrête pas je finis par fondre en larmes. (ça m’est arrivé de m’évanouir aussi, mais comme c’était il y a longtemps je sais pas trop si c’était lié). C’est un effondrement. 

Image

Triste et silencieuse telle Jon Snow qui fait la tronche sur sa banquise. 

 

  • Colère. Malheureusement, le plus souvent en famille, quand il y a du monde à la maison, beaucoup de gens qui parlent fort

Je suis nerveuse, épuisée, tout le monde parle trop fort et tout le monde m’énerve. On me parle et je n’ai pas envie de répondre, et quand je le fais je ne peux pas m’empêcher d’être sarcastique voire méchante, je ne veux pas qu’on me parle, ça m’énerve encore plus et je me sens attaquée. Pourquoi ils parlent tous si fort ? Personne ne me laisse tranquille et j’ai envie d’hurler et pleurer, mes yeux me piquent (je sais pas pourquoi mais à chaque fois), j’ai mal à la tête, je veux qu’ils se taisent, qu’ils me laissent tranquille, qu’ils s’en aillent tous. Occasionnellement je suis aussi stressée par quelque chose, un partiel le lendemain par exemple. 

En général si je ne peux pas aller me cacher quelque part ça finit de manière bien embarrassante puisque je fonds en larmes voire hurle sur quelqu’un (déclencheurs : me faire disputer, entendre des choses blessantes, juste ne pas pouvoir partir, ou un imprévu. Une fois j’ai crisé sur mon neveu et ma nièce parce qu’ils avaient renversé du coca à côté de mon pc, et après j’ai pleuré pendant une heure dans la salle de bain.), ou dit des choses blessantes que je ne pense pas et qu’on me reproche plus tard, et que je regrette. 

Contrairement à ce que j’appelle l’effondrement, là c’est plus comme une crise de nerfs ou une explosion.

Image

Ces moments où les invités me prennent pour Joffrey Baratheon.

 

Dans les deux cas, pour me calmer je dois aller dans une pièce au calme, de préférence sombre, et SURTOUT silencieuse. Si je ne peux pas, mon casque avec un peu de musique peut suffir à me calmer, ou tout simplement partir de l’endroit ou prendre l’air dehors (surtout pour les effondrements qui arrivent toujours en dehors de la maison). Si j’ai des pauses régulièrement ça peut aller très bien (je gère très bien les soirées entre amis parce que je sort sur le balcon une dizaine de minutes à peu près toutes les heures, même quand je me sens bien, pour prévenir et éviter de me sentir ne serait-ce qu’un peu stressée ! ). En général il vaut mieux me laisser seule.

 

Un jeu pour la fin : en vous basant sur les illustrations pouvez-vous trouver ma dernière obsession ?

(oui je sais, c’est facile)

 

Advertisements

4 réflexions sur “Surcharges sensorielles et crises de panique

  1. C’est curieux, je lis votre post au moment où paraît le mien sur le même sujet – quoique traité très différemment. Comme quoi entre dys et Tdah il ya des points communs.

    Bravo pour votre blog si bien écrit et si intéressant. Et moi aussi je suis fan de GoT !

  2. Pingback: Tuyaux pour petites et grandes angoisses | Les meubles m'en veulent : Dyspraxie et neurodiversité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s