Le théâtre : une thérapie

Depuis le mois de Novembre, je fais partie du « club théâtre » du Théâtre Dijon Bourgogne, en gros un super atelier théâtre animé par des pros, et pour pas très cher en plus. Chaque semaine, c’est quatre heures d’atelier le vendredi, et encore quatre heures le samedi (parfois avec des interruptions, comme pour les vacances de noël).

J’avais déjà fait l’option théâtre au lycée et déjà à cette époque c’était ma petite bulle d’oxygène pour deux heures par semaine, je constate que là c’est encore le cas, c’est même encore mieux !

Je me suis aperçue que ça m’aidait pour pleins de choses en fait, je m’en rendais pas forcément compte au lycée, mais il faut dire que là c’est bien plus poussé (on fait une vraie pièce ! :)) et intensif.

  • Des rencontres

L’atelier a été fait pour être assez intergénérationnel, il y a vraiment tous les âges. A vrai dire, je suis la plus jeune (« la p’tite » haha). Il y a des plus jeunes, des trentenaires, des parents et même des grand-parents (Bernadette !! C’est ma grand-mère de scène, et j’ai une maman de scène aussi, Sylviiie). De belles rencontres. C’était assez difficile au début parce que je suis quand même limite niveau social, j’ai été phobique sociale et quand il s’agit de côtoyer des personnes nouvelles c’est encore très dur pour moi. Mais au théâtre faut se lâcher ; on nous force vite à oublier nos peurs, et en quelques semaines, la troupe est devenue une deuxième famille !

Sur tout ce qui est social justement, on a fait beaucoup de travail sur le fait de « sentir les autres », parce que sur scène il faut toujours être en phase avec l’autre et c’est pas évident quand on a tendance à rester dans sa petite bulle. Et il faut se toucher aussi, souvent, et ça c’était dur aussi, je suis super nerveuse quand on me touche, même des proches. Je commence à me détendre maintenant..

Je me souviens très très bien d’un exercice où à la fin, on devait regarder l’autre personne dans les yeux pendant un temps assez long, et j’étais terrorisée, j’ai réussi à le faire jusqu’au bout mais je me suis mise à pleurer à la fin (C’EST TELLEMENT STRESSANT AAAAH). Je supporte très mal de devoir regarder une autre personne dans les yeux, souvent j’ai le regard fuyant. Ça me fait peur. Je suis pas sûre d’avoir changé de ce côté là, mais je suis assez fière de moi d’avoir tenu ! Et puis je regarde le public maintenant, aux premières séances il fallait constamment me dire d’arrêter de regarder mes pieds (l’habitude ?)..

  • Le corps

Le théâtre, c’est un travail du corps ; n’importe comédien vous le dira. Il faut toujours, toujours avoir conscience de ce que l’on fait, de où on est dans l’espace, il faut contrôler ses petits tics nerveux (DU GENRE SE BALANCER QUAND ON PARLE) et être tonique. .. Tout ce qu’un dyspraxique aime ! J’ai aucune conscience de mon corps la plupart du temps, mais j’ai appris à l’écouter sur le plateau, et puis on fait aussi beaucoup d’exercices de relaxation parce qu’être tendu sur scène, c’est mauvais. Pendant les premières séances, nos comédiennes et metteuses en scène étaient toujours en train de me dire DE ME DETENDRE et parfois devaient limite me masser les épaules parce qu’elles étaient toujours toutes contractées… Je le savais pas, et je comprenais même pas comment les détendre, mais j’y arrive maintenant ! Je sais si pas c’est parce que je suis à l’aise avec toute la petite famille ou parce que j’ai appris à me calmer, mais on ne me dit plus rien de ce côté là…

La dyspraxie rend les situations assez drôles quand même parfois. Le premier jour, j’ai fait mes premiers pas sur scène pour me présenter au groupe et j’ai manqué de me casser la figure devant tout le monde. DEUX FOIS. Pas plus tard qu’aujourd’hui, j’ai complètement foiré le timing d’une scène parce que j’étais trop longue à faire mes lacets (DEMAIN, JE MET MES BOTTES.). Sans compter les nombreuses glissades sur le plateau avant que je n’investisse dans des chaussons antidérapants.

Avec un regard extérieur on peut aussi remarquer tous les petits tics qu’on ignore, et des fois c’est le festival. Le principal chez moi, c’est d’agiter les mains dans tous les sens quand je parle (je ne m’en rends absolument pas compte) et de me balancer sur mes pieds (mais beaucoup de monde le fait). J’arrive à plus ou moins les faire disparaître sur scène, par contre, dans la vraie vie c’est pas garanti.

  • La confiance en soi

Je crois que c’est assez clair. ON FAIT UN SPECTACLE !!! ET C’EST BEAU !! ET DES GENS VONT VENIR NOUS VOIR ! ET DES FOIS ON ME DIT QUE J’AI BIEN TRAVAILLE ET JE SUIS TROP FIÈRE !

On fait une belle pièce tous ensemble, avec des beaux textes, et chaque personne est indispensable. Je me sens importante, sur le même pied que tous les autres. Je me sens intégrée, et comme je me suis sentie « à part » parmi les autres jusqu’à la fac, ça fait du bien.

  • Moins de stress

J’ai pu le constater pendant les semaines ou on faisait une pause dans les répétitions. J’étais bien plus nerveuse que quand j’ai mes heures de théâtre. Ça me calme pour toute la semaine, et j’y ai appris des techniques de relaxation comme dit au dessus.

L’exercice de la motte de beurre : s’asseoir et devenir une motte de beurre, littéralement. On devient tout mou, tout mou, et on fond. … Ça a l’air super bizarre comme ça, mais ça marche !

Je dors mieux après une répétition (FATIGUE). Et quand je suis stressée ou nerveuse le soir et que je pense à trop de choses qui m’empêchent de dormir (mon cerveau ne sait pas se taire la nuit), je me récite mon texte dans ma tête et ça me focalise sur autre chose, du coup je me calme et je m’endors enfin. Très utile la semaine dernière quand j’étais encore en train de me retourner dans mon lit à trois heures du matin.

  • ON S’AMUSE !!

A ne jamais oublier. Le théâtre, si on s’amuse pas, c’est pas génial. On nous le répète toujours, faites-vous plaisir, amusez vous ! En répétition on donne tout, on travaille dur, mais on a jamais l’impression de travailler. Et puis dans la troupe tout moment est bon pour faire des blagues et rire de tout :)))

Voilà, j’écris tout ça, debout à deux heures du matin après une répétition. Encore une demain, et samedi, c’est la représentation.

Et une petite présentation du spectacle quand même :

« Derrière la maison » c’est la rencontre entre des femmes, qui se retrouvent certains jours devant une machine à coudre et, des femmes et des hommes, qui se retrouvent certains jours sur un plateau de théâtre pour explorer gaiement la maison : ce qui se cache, ce qui s’y crée ; l’ordinaire, l’extra-ordinaire, Marguerites Duras, Emmanuelle Pireyre, chansons, récits, portraits, et gabions feront partie du voyage.

S’installer dans une nouvelle maison, des gens tous différents qui cohabitent et comment ? Qu’est ce que cohabiter, au fond ? Et puis nos petites habitudes, les petits secrets de la maison… J’ai toujours du mal à décrire le spectacle. Mais il y a des textes touchants, des textes drôles, de l’étonnement, et des personnalités toutes différentes qui se marient super bien au final !

En tout cas merci à tous mes colocs, et merci à Anne et Géraldine pour tout ça. Si vous lisez cet article (j’hésite encore à faire passer le lien !) je vous fais pleins de bisous ! DES POUTOUS ! Maintenant vous savez pourquoi ça fait que dix ans que je sais attacher mes lacets toute seule !

J’ai hâte de passer sur scène *moment de gloire* mais je veux pas que ça s’arrête !

Et une petite photo avec mes amis les balais (je dois tous les porter…)

Image

Advertisements

2 réflexions sur “Le théâtre : une thérapie

  1. Elii, encore une fois merci d’écrire ce blog. Au moins je me rends compte que je ne suis pas aussi singulière que je ne le pensais . Je partage ton avis sur l anxiété, un de mes amis m’a surnommé boule de stress.

    Voici une petite astuce,pour vaincre un insomnie.
    Condition aimer lire. Lorsque je n’arrive pas à dormir ce qui arrive très régulièrement en ce moment….. je prends un livre et je lis quelques pages ….
    Je vais tenter la technique de la motte de beurre.

    Je te souhaite une très bonne journée et une bonne représentation.
    Anne sophie

    • La lecture je le fais aussi, c’est vrai que ça marche bien, mais parfois le livre est tellement bien que je ne peux plus m’arrêter et je reste debout tard quand même… oops…

      Et merci ! pour info, la représentation était géniale, de très grands moments 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s